Accueil du site > Années thématiques > 2017 - Centenaire de la mort de Gaston Darboux




Recherchez sur ce site


2017 - Gaston Darboux

Célébrer Gaston Darboux, c’est…

- … l’occasion de mettre l’analyse, la mécanique et la géométrie différentielle à l’honneur. On peut lire sur le site de la BNF ses célèbres Leçons sur les systèmes orthogonaux et les coordonnées curvilignes (Paris 1910). Pour creuser : ici.

À lire et à regarder sur la géométrie différentielle, système triple orthogonal et initiation aux systèmes intégrables, un article d’Etienne Ghys et Jos Leys sur Images des maths : ici.

Pour une autre mise en perspective des surfaces géométriques, retrouver Patrice Jeener, le graveur de mathématiques ici. Un documentaire disponible à la bibliothèque de l’IHP et une exposition que l’on peut emprunter : ici.

- C’est aussi l’occasion de réfléchir sur l’engagement du scientifique comme citoyen. En 1904, Appell, Darboux et Poincaré sont consultés pour un examen critique de l’usage de la théorie des probabilités faite par Bertillon dans l’affaire Dreyfus. Laurent Rollet revient sur cet événement dans Images des Maths (ici). Le rapport de 100 pages est consultable en ligne et sa conclusion est sans appel… Sur le thème du détournement des mathématiques, on pourra retrouver Etienne Ghys sur Images des Maths « Le diable est dans les chiffres » (ici), ainsi que Leila Schneps dans CNRS Le Journal (ici).

- Gaston Darboux nous rappelle également que les mathématiques relient les individus même lorsque les épisodes chaotiques de la géopolitique devraient les séparer. Retour sur les relations franco-allemandes entre 1870 et 1914 sous l’angle des mathématiques : ici.


COLLOQUE D’HISTOIRE DES SCIENCES / GASTON DARBOUX (1842 - 1917)


Ce colloque est organisé par l’Institut Henri Poincaré en partenariat avec le séminaire d’histoire des mathématiques de l’IHP le vendredi 17 novembre 2017 de 14h à 18h30.

Avant l’amphi Darboux, il y eut Gaston Darboux ! À l’occasion du centenaire de sa mort, l’Institut Henri Poincaré retracera la figure du géomètre en son amphi sous les traits de recherches récentes en histoire des sciences. Des défis que relève le jeune mathématicien au lendemain de la défaite de 1870 au vibrant hommage que lui rendra l’Allemand Hilbert au crépuscule de la Grande Guerre, les multiples facettes de la figure de Gaston Darboux amèneront à traiter de nombreux enjeux conceptuels et sociaux des évolutions des sciences mathématiques au tournant des XIXe et XXe siècles.

Ce colloque s’attachera tout d’abord à situer la créativité individuelle d’une pratique mathématique tissant des liens intimes entre géométrie et mécanique. Il s’agira ensuite d’inscrire cette pratique dans des dimensions collectives en analysant le rôle fondamental joué par le « Journal de Darboux » pour favoriser la circulation des sciences mathématiques, au-delà des frontières nationales et disciplinaires. Doyen de la faculté des sciences de Paris, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences ou encore vice-président du Conseil supérieur de l’instruction publique, les responsabilités exceptionnelles assumées par Gaston Darboux nous engageront également à traiter d’enjeux sociétaux et politiques des sciences mathématiques à la Belle Époque. Nous analyserons notamment l’engagement de Darboux pour un enseignement informé des recherches les plus récentes dont témoigne aujourd’hui encore le bel héritage de la collection de modèles géométriques de l’Institut Henri Poincaré.

Avec les interventions de :
- Barnabé Croizat, Laboratoire Paul Painlevé (CNRS, Université Lille),
- Rossana Tazzioli, Laboratoire Paul Painlevé (CNRS, Université Lille),
- Philippe Nabonnand, Archives Henri Poincaré (CNRS, Université de Lorraine),
- Hélène Gispert, GHDSO, Université Paris-Sud 11
- David Rowe, Université de Mayence, Allemagne.

Pour en savoir plus

CONFERENCE "DE LA GEOMETRIE DE DARBOUX A LA MECANIQUE ET A L’OPTIMISATION DE FORMES"

Des mathématiques inventées il y a plus d’un siècle sont utilisées quotidiennement sans que nous en ayons conscience. La technologie est une grande consommatrice de théorèmes qui semblaient abstraits à l’époque de leur démonstration et qui trouvent, bien plus tard, des application concrètes inattendues. A travers l’oeuvre de Darboux, nous suivrons le fl qui relie la géométrie de la fn du XIXe siècle à la mécanique du XXe siècle et à l’avion du futur ou au véhicule de l’ère de la transition énergétique.

Par François Jouve au musée des Arts et Métiers dans le cadre du cycle de médiation scientifique "Une invention, des mathématiques" organisé par la SMAI et le Musée des Arts et Métiers, mercredi 17 janvier 2018 à 11h15 et à 14h.

Pour en savoir plus